ESPRIT DU COLLOQUE

L’Association Internationale de Recherche en Management Public (AIRMAP) regroupe des institutions ainsi que des chercheurs français et étrangers spécialisés dans les domaines du management public et de l’action publique. Lieu d’échange entre les milieux universitaires et les acteurs de l’agir public, l’AIRMAP est aussi un lieu d’exploration d’idées, d’instruments novateurs pour améliorer l’action publique.

 

Le 8ème colloque de l’AIRMAP se déroulera à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne les 23 et 24 mai 2019 et portera sur "Territoires intelligents et Management public durable". L’AIRMAP invite les communautés des sciences de gestion et des sciences sociales à présenter autour de cette question :

- des communications théoriques ;

- des travaux d’enquêtes de terrain ;

- des exposés de nouveaux instruments opérationnels, des méthodes inédites et de diagnostics.

 

 Le colloque est soucieux de mettre en valeur notamment :

- le pluralisme des approches théoriques et contextuelles ;

- les diagnostics fondés sur des enquêtes de terrain locales et comparatives ;

- les nouveautés des démarches opérationnelles ;

- le dynamisme des jeunes chercheurs.

 

THEME : TERRITOIRES INTELLIGENTS ET MANAGEMENT PUBLIC DURABLE

Aujourd’hui 4/5 de la population française habite sur 20% du territoire. Au niveau mondial, 2% de la surface de la planète héberge plus de la moitié de ses habitants. Dans ces territoires, ont désormais pris corps des solidarités multiples mais aussi des antagonismes d’intérêts qui interpellent la pratique du management public (Almirall et al., 2016). Si les territoires deviennent “ smart ”, la durabilité ne devrait-elle pas pourtant être placée au cœur de leur management public ?

Un territoire intelligent doit être capable de comprendre et de s’adapter à son environnement, se transformer, être résilient, anticiper les perturbations, en minimiser leurs effets, en mettant en œuvre des moyens d’actions, grâce à l’apprentissage et à l’innovation, en fonction du but à atteindre, tout en respectant sa durabilité. Le 8ème colloque AIRMAP permettra de mieux comprendre les enjeux, la nature des politiques publiques permettant de mettre en place de tels territoires, et de mieux identifier les acteurs de ce système de réseaux interconnectés pour développer des flux efficaces et efficients, entres acteurs privés et publics. L’urbanisation croissante de nos territoires porte atteinte à la durabilité environnementale, économique et sociale des villes (Bibri, Krogstie, 2017; Neirotti et al., 2014). L’usage intensif des nouvelles technologies peut-il être compatible avec un management public durable ? Ces technologies peuvent-elle être motrices d'une nouvelle qualité de vie et de valeur ajoutée économique dans les territoires ? Une recomposition des acteurs et des services semble donc nécessaire pour assurer une compatibilité entre “ Territoires intelligents et Management public durable ”.

Les territoires intelligents ne font pas l’objet d’un consensus quant à leur définition, contrairement à la notion de ville intelligente. En 2012, une définition assez complète (Chourabi et al., 2012) est énoncée permettant d’analyser les progrès d’une ville intelligente et de la caractériser, fondées sur huit dimensions internes et externes, affectant la conception, la mise en œuvre, et l’utilisation d'initiatives de ville intelligente : le management et l’organisation, la technologie, la gouvernance, le contexte politique, les individus et communautés , l’économie, les infrastructures, l’environnement. Le Parlement européen (2014) a défini les villes intelligentes comme “un lieu où les réseaux traditionnels et les services sont plus efficaces avec l'utilisation du numérique et des télécommunications technologies, pour le bénéfice de ses habitants et entreprises”.

Longtemps, le territoire a été considéré “intelligent” en raison du développement des nouvelles technologies (les TIC, l’internet et les infrastructures numériques, la data, l’intelligence communicante et les objets connectés, etc.), qui apporteraient des solutions durables à des problèmes complexes. Or cette problématique territoriale ne peut pas être que technologique. Si la technologie est indispensable, ce n’est qu’un moyen de parvenir à la durabilité du territoire. L’humain doit être placé au cœur de la notion de “smart” dans le territoire. Car, loin d’une dérive “technocentrique”, le territoire se construit sur quatre piliers fondateurs : l'urbis, cad. les infrastrutures ; le spatium, cad. l'espace public partagé lieu de rencontre et de mixité ; la respublica, cad. la chose publique, l'intérêt général et les biens collectifs ; le civis, cad. les citoyens, les habitants et les relations de services leurs afférents. Les nouvelles technologies viennent aujourd’hui ajouter un cinquième pilier : l’ubiquitous, cad la révolution ubiquitaire, la connectivité et leurs outils qui bouleversent la vie dans les territoires, leur management, hors du temps et des espaces. S’appuyant désormais sur ces cinq piliers, le management public durable ne devrait-il pas se réfléchir en terme de transversalité territoriale, d’attractivité et de création de valeur ajoutée, conscient des questions écologiques, permettant la création de valeur sociale et la qualité de vie.

 Les axes de développement de ces territoires intelligents sont des améliorations dans la vie des citoyens (Neirotti et al., 2014), au niveau de l’efficacité environnementale, de la sécurité et de la durabilité (Bulu, 2014; Niaros et al., 2017) avec une centralisation des infrastructures technologiques contrôlées. Au-delà des technologies intégrées dans ces espaces (Kramers et al., 2014, Elmaghraby, Losavio, 2014), les changements organisationnels, technologiques et sociétaux sont induits par leur volonté d’être un élément de réponse aux enjeux territoriaux. Le territoire intelligent ne cherche-t-il pas à concilier les piliers sociaux, culturels et environnementaux à travers un mode de gouvernance participative et de gestion éclairée des territoires (Meijer et Bolivar, 2016) afin de faire face aux besoins des institutions, des entreprises et des citoyens ? La transformation de ces territoires est donc un processus multidimensionnel (De Santis et al., 2014). Il s’agit essentiellement de développer le transport et la mobilité intelligente, l’environnement durable et l’urbanisation responsable en favorisant un habitat intelligent. L'absence de mécanismes de gouvernance appropriés pour la majorité des territoires paraît constituer le principal obstacle à l’efficacité de leur transformation (Manville, Cochrane, Cave, Millard, Pederson, Thaarup, Liebe, Wissner, Massink et Kotterink (2014), Praharaj, Han et Hawken (2018)). Quelques auteurs commencent même à douter de la réalisation de ces promesses de résultats durables à l’aide de technologies de pointe (Kunzmann, 2014 ; Shelton et al., 2015).

L’objet de ce colloque AIRMAP 2019 est de dresser un état des lieux et des perspectives pour confronter et optimiser la gestion des moyens attribués aux projets de pilotage public de nos territoires afin d’y mobiliser une dynamique partagée.

Ces éléments non exhaustifs, peuvent être abordés sous l’angle des disciplines classiques de la gestion (stratégie, ressources humaines, finance, systèmes d’information, marketing, etc.). Ils peuvent également être traités sur une base sectorielle ou des champs de compétences des territoires (santé, éducation, urbanisme/habitat/logement, transport, développement économique, emploi, innovation et entrepreneuriat, ressources naturelles, sécurité et risque, tourisme, sport et loisirs, culture, etc.). Les logiques d’acteurs sont également concernées par le management public des territoires : les acteurs touchés (les habitants, les citoyens, les entreprises, etc.) ; les acteurs concernés (les élus, les administrations, les techniciens, etc.) ; les acteurs intéressés (les associations, les experts, les mandataires, etc.). Ce sont à ces questions que le 8ème colloque AIRMAP tentera de répondre.

 

REFERENCES.

ALMIRALL, E.; WAREHAM, J.; RATTI, C.; CONESA, P.; BRIA, F.; GRAVARIA, A.; EDMONDSON, A. (2016). “Smart Cities at the Crossroads: New Tensions in City Transformation”. California Management Review. Vol.59, n°1, pp. 141‑152.

BIBRI, S.E.; KROGSTIE, J. (2017). “Smart sustainable cities of the future: An extensive interdisciplinary literature review”. Sustainable Cities & Society. Vol.31, pp. 183–212.

BULU, M. (2014). “Upgrading a city via technology”. Technological Forecasting & Social Change. Vol. 89, pp. 63–67.

CHOURABI, H.; NAM, T.; WALKER, S.; GIL-GARCÍA, J.R.; MELLOULI, S.; NAHON, K.; PARDO, T.; SCHOLL, H.J. (2012). “Understanding smart cities: An integrative framework”. In Proceedings of the 45th Hawaii International Conference on System Sciences (Maui,HI, Jan. 4–7) IEEE Computer Society Press, pp. 2289–2297.

DE SANTIS, R.; FASANO, A. ; MIGNOLLI, N. ; VILLA, A. (2014). Smart City: Fact and Fiction. https://www.researchgate.net/publication/260963890_Smart_city_fact_and_fiction

ELMAGHRABY, A.S.; LOSAVIO, M.M. (2014). “Cyber security challenges in smart cities: safety, security and privacy”. Journal of Advanced Research. Vol.5, n°4, pp. 491–497.

MANVILLE, C. et al. (2014). Mapping smart cities in the EU, European Parliament, Directorate-General for Internal Policies, Policy Department A: Economic and Scientific Policy, Brussels.

MEIJER, A.; BOLIVAR, M.P.R. (2016). “Gouvernance des villes intelligentes. Analyse de la littérature sur la gouvernance urbaine intelligente”, Revue Internationale des Sciences Administratives, Vol.82, n°2, pp.417‑435.

NEIROTTI, P.; DE MARCO, A. ; CAGLIANO, A.C. ; MANGANO, G. ; SCORRANO, F. (2014). “Current trends in smart city initiatives: some stylised facts”. Cities, vol. 38, pp. 25–36.

NIAROS, V.; KOSTAKIS, V.; DRECHSLER, W. (2017). “Making (in) the smart city: the emergence of makerspaces”. Telematics Information. Vol. 34, n°7, pp. 1143–1152.

PRAHARAJ, S.; HAN, J. H.; HAWKEN, S. (2018). “Towards the right model of smart city governance in India”. International Journal of Sustainable Development and Planning, Vol.13, n°2, pp. 171–186.

SHELTON, T.; ZOOK, M.; WIIG, A. (2015). “The actually existing smart city”. Cambridge Journal of Regional Economic and Society, Vol.8, n°1, pp. 13–25.

EUROPEAN PARLIAMENT (2014). Mapping Smart Cities in the EU. Study. Policy Department A: Economic and Scientific Policy, European Parliament, Brussels.

KRAMERS, A.; HÖJER, M.; LÖVEHAGEN, N.; WANGEL, J. (2014). “Smart sustainable cities–exploring ICT solutions for reduced energy use in cities”. Environmental, Modelling & Software. n° 56, pp. 52–62.

KUNZMANN, K.R. (2014). “Smart cities”. Crios. Vol.4, n°1, pp. 9–20.

MANVILLE, C. et al. (2014). Mapping smart cities in the EU, European Parliament, Directorate-General for Internal Policies, Policy Department A: Economic and Scientific Policy, Brussels.

MEIJER, A.; BOLIVAR, M.P.R. (2016). “Gouvernance des villes intelligentes. Analyse de la littérature sur la gouvernance urbaine intelligente”, Revue Internationale des Sciences Administratives, Vol.82, n°2, pp.417‑435.

NEIROTTI, P.; DE MARCO, A. ; CAGLIANO, A.C. ; MANGANO, G. ; SCORRANO, F. (2014). “Current trends in smart city initiatives: some stylised facts”. Cities, vol. 38, pp. 25–36.

NIAROS, V.; KOSTAKIS, V.; DRECHSLER, W. (2017). “Making (in) the smart city: the emergence of makerspaces”. Telematics Information. Vol. 34, n°7, pp. 1143–1152.

PRAHARAJ, S.; HAN, J. H.; HAWKEN, S. (2018). “Towards the right model of smart city governance in India”. International Journal of Sustainable Development and Planning, Vol.13, n°2, pp. 171–186.

SHELTON, T.; ZOOK, M.; WIIG, A. (2015). “The actually existing smart city”. Cambridge Journal of Regional Economic and Society, Vol.8, n°1, pp. 13–25.

 

 

COMITE SCIENTIFIQUE

Mourad ATTARÇA, ISM-LAREQUOI, Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines

Annie BARTOLI, ISM-LAREQUOI, Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines

David CARASSUS, Université de Pau et des Pays de l’Adour

Didier CHABAUD, IAE PARIS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Yves CHAPPOZ, IAE Lyon-MAGELLAN, Université Jean Moulin Lyon 3

Hervé CHOMIENNE, ISM-LAREQUOI, Université de Versailles-Saint Quentin

Thierry COME, Université de Reims Champagne-Ardenne

Sophie CROS, Université Le Havre Normandie, ISEL

Jean DESMAZES, IAE La Rochelle, Université de La Rochelle

Kim DONGWOOK, Seoum National University, Corée du Sud

Jérôme DUPUIS, Université de Lille

Jae-Ho EUN, Korean Institute of Public Administration, Corée du Sud

David HURON, IAE Nice-GRM, Université Côte d’Azur

Kilkon KO, Seoul National University, Corée du Sud

Robert LE DUFF, NIMEC, Université de Caen

Erick LEROUX, Université Paris 13

Antoine MASINGUE, Université de Valenciennes

Christophe MAUREL, Université d’Angers

Bachir MAZOUZ, Ecole Nationale d’Administration Publique, Québec

Carlos MORENO, IAE PARIS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Laurence MORGANA, CNAM

Gérald ORANGE, NIMEC, Université de Rouen

Florent PRATLONG, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Pierre-Charles PUPION, Université de Poitiers

Hae-Ok PUYN, CRJ Pothier, Université d’Orléans, IGPDE

Bruno TIBERGHIEN, IMPGT, Aix-Marseille Université

Im TOBIN, Seoul National University, Corée du sud

Jean-Marc VANDENBERGH, Capac, Belgique

Pyeong Jun YU, Yonsei University, Corée du Sud

 

 

COMITE D'ORGANISATION

Hela BEN MILED CHERIF, PRISM SORBONNE, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Didier CHABAUD, GREGOR, Chaire ETI, IAE PARIS, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Sophie CROS, NIMEC LH, Université Le Havre Normandie, ISEL

Eric LOMBARDOT, PRISM SORBONNE, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Stéphane MAGNE, PRISM SORBONNE, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Florent PRATLONG, PRISM SORBONNE, Chaire ETI, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Abida SAIDYASSINE, PRISM SORBONNE, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Jean François SATTIN, PRISM SORBONNE, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Christelle THOMAS, Chaire ETI, IAE PARIS, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Personnes connectées : 1